How to travel #2 : partir au Canada đŸ‡šđŸ‡Š

Voyager vous laisse d’abord sans voix, avant de vous transformer en conteur.

Ibn Battuta

Hello !

VoilĂ  un petit bout de temps que je n’avais pas pris le temps d’Ă©crire pour discuter de voyages avec vous. Un point plutĂŽt ironique, car c’est ce qui occupe mon esprit Ă  80% du temps en ce moment : partir en voyage, dĂ©couvrir de nouveaux horizons, partir Ă  la dĂ©couverte de nouveaux endroits, et surtout, me crĂ©er des souvenirs et connaĂźtre de nouvelles aventures. Grande passionnĂ©e de voyages, je rĂȘve de faire le tour du Monde, de vivre Ă  nouveau Ă  l’Ă©tranger, de connaĂźtre la vie aux quatre coins du globe. Malheureusement vu la situation actuelle, mes rĂȘves de voyages et d’aventures vont devoir patienter, mais c’est finalement une bonne chose. Je vais pouvoir vous raconter mes petites histoires, vous donner mes petites astuces, pour voyager, pour vivre Ă  l’Ă©tranger, et j’aime penser que quitte Ă  ne pas ĂȘtre sur les quatre chemins pour le moment, autant prendre un aller-simple par le biais de ma plume, vers des horizons connus ou rĂȘvĂ©s.

C’est donc avec un How to travel n°2 que je vous retrouve aujourd’hui – retrouvez le numĂ©ro 1 sur l’Australie en cliquant juste ici – pour parler de l’organisation que demande un voyage au Canada. Pour rappel, je compte parler d’organisation de voyages dans cette catĂ©gorie How to travel. Chaque pays possĂšde ses propres rĂšgles en matiĂšre d’immigration, que ce soit pour y travailler, y Ă©tudier oĂč seulement y sĂ©journer. Chaque pays demande une organisation diffĂ©rente alors je compte vous prĂ©senter celle dont j’ai dĂ©jĂ  fait l’expĂ©rience.

Certains le savent dĂ©jĂ , mais je suis Ă©tudiante depuis quelques annĂ©es maintenant. L’idĂ©e de rĂ©aliser une partie de mes Ă©tudes Ă  l’Ă©tranger s’est immiscĂ©e dans ma tĂȘte depuis le dĂ©but de ma formation dans l’enseignement supĂ©rieur. Je rĂȘvais de passer un semestre ou deux, dans un pays dont je ne connaissais ni la langue, ni la culture pour me dĂ©payser, pour dĂ©couvrir de nouvelles cultures, de nouvelles maniĂšres de vivre ; en rĂ©sumĂ©, pour apprendre. Il y a toujours eu beaucoup d’Ă©tudiants Ă©trangers dans ma facultĂ©, certains venaient d’Espagne, d’Allemagne, du Chili ou mĂȘme du SĂ©nĂ©gal, et je sentais indĂ©niablement leur profond amour pour le voyage, la dĂ©couverte et l’aventure. Je me souviendrai toujours d’une discussion que j’ai eue avec une Ă©tudiante espagnole lors de ma derniĂšre annĂ©e de licence, avant mon entrĂ©e en maĂźtrise. On discutait d’abord de nos cours – rien d’exceptionnel pour deux Ă©tudiants – puis on parlait de programmes d’Ă©changes universitaires. Elle en a profitĂ© pour me poser cette fameuse question, qui m’a donnĂ© le dĂ©clic : « Pourquoi tu ne le fais pas ? Fais-le, pars en Ă©change. » Je n’ai pas su rĂ©pondre Ă  sa question. Du moins, j’aurai pu, bien sĂ»r, j’aurai pu lui dĂ©voiler mes pensĂ©es sur les opportunitĂ©s que je n’ai pas eues, sur mes doutes, sur mes craintes, le pourquoi du comment, pourquoi je me sentais prise dans un carcan pendant toute ma licence. Mais je n’ai rien dit, parce que ce n’est pas lĂ©gitime comme rĂ©ponse. Parce que ça ne fait pas sens, de dire que l’on n’a pas eu les opportunitĂ©s. Ce genre d’opportunitĂ©s, il faut les crĂ©er soi-mĂȘme.

Et c’est comme ça que mes recherches ont commencĂ©es. OĂč partir ? Combien de temps ? Faire un master Ă  l’Ă©tranger, peu de personnes le font, mais pourquoi pas ? Je ne voulais pas partir en Erasmus, je voulais quelque chose de dĂ©paysant, quelque chose de nouveau, que je ne connaissais pas : changer de continent. Alors mes recherches se sont Ă©tendues au-delĂ  de l’Europe. J’ai regardĂ© les universitĂ©s qui dĂ©tenaient un accord avec celle oĂč j’Ă©tudie, lu de nombreux documents, Ă©tudiĂ© un bon nombre de programmes d’Ă©changes diffĂ©rents. Et c’est comme ça que le Canada a fait son entrĂ©e dans ma vie. Tout s’est dĂ©cidĂ© du jour au lendemain.

DĂ©but janvier 2019, les campagnes de dĂ©pĂŽt des dossiers pour partir Ă©tudier au QuĂ©bec commençaient. Sans trop rĂ©flĂ©chir, j’ai rassemblĂ© toutes les piĂšces qu’il me fallait, les relevĂ©s de notes, les papiers d’identitĂ©, les lettres de recommandation, de motivation, les formulaires, etc. La ville de MontrĂ©al s’est prĂ©sentĂ©e comme une Ă©vidence, paradoxalement sans vraiment savoir oĂč j’allais mettre les pieds, je n’avais fais aucune recherche sur la ville, ni sur le pays d’ailleurs, mais il semblait que c’Ă©tait la ville oĂč j’allais pouvoir bĂ©nĂ©ficier de l’enseignement le plus adaptĂ© Ă  ma formation. Je me souviens avoir dĂ» jeter un coup d’Ɠil sur le site de l’UniversitĂ© du QuĂ©bec Ă  MontrĂ©al pour sĂ©lectionner les quelques cours que j’allais devoir suivre. Mes recherches ne sont pas allĂ©es plus loin que ça.

Mon dossier dĂ©posĂ© un peu naĂŻvement, le sort rĂ©sidait maintenant dans les mains du bureau des relations internationales ainsi que dans celles d’Ă©quipe qui m’Ă©tait sĂ©parĂ© d’un ocĂ©an. Mon destin se trouvait dans les mains de personnes que je ne connaissais pas, et Ă  ce moment-lĂ , ça m’allait trĂšs bien. Ma maĂźtrise continuait son cours, mon second semestre se poursuivait et demandait beaucoup d’efforts, je ne dormais pas beaucoup, les heures passĂ©es Ă  la bibliothĂšque ne se comptaient plus, je me noyais dans les livres. J’en oubliais mon dossier dĂ©posĂ© pour partir Ă  l’Ă©tranger …

Quelques mois plus tard, n’ayant toujours pas reçu de rĂ©ponses, je n’y croyais plus vraiment. Mon dossier, avait-il traversĂ© l’ocĂ©an comme convenu ? Les Ă©quipes, allaient-elles m’accepter dans leur programme ? Qu’est-ce que je fais si ma candidature est refusĂ©e ? Tant de questions se bousculaient dans ma tĂȘte, je ne savais plus quoi faire, et pour pallier Ă  ça, je me noyais plus profondĂ©ment dans mes rĂ©visions.

Au mois de mai 2019, lorsque les partiels de fin de semestre pointent le bout de leurs nez habituellement, ma maman m’appelait et m’annonçait une Ă©norme nouvelle. Les mots qu’elle a employĂ©s sont encore gravĂ© dans ma mĂ©moire : « on a reçu une lettre de l’universitĂ© du QuĂ©bec, tu veux que je l’ouvre ? »« Euh, oui oui, vas-y ! » « Eh bien, j’ai une bonne nouvelle, tu as Ă©tĂ© prise ! » … Et boum.

Ça y est le compte Ă  rebours Ă©tait parti, mon sort Ă©tait quelque peu scellĂ© : je m’envolais pour le Canada dans 3 mois Ă  compter de ce jour.

C’est donc dans ce contexte que je suis partie vivre Ă  l’Ă©tranger, au Canada, pour initialement 4 mois, qui se sont transformĂ©s en 6 … 💕

Mon sĂ©jour s’est Ă©tendu du mois d’AoĂ»t 2019 jusqu’Ă  fin FĂ©vrier 2020, ce qui a laissĂ© le temps Ă  l’automne de s’installer, et Ă  l’hiver de perdurer un bon moment. Chaque saison se vit tellement de maniĂšre intense dans ce joli pays.

Vous l’aurez peut-ĂȘtre compris, mon dĂ©part s’est un peu dĂ©roulĂ© « Ă  la va-vite » pour mes 6 mois de vie Ă  l’Ă©tranger. Pas d’hĂ©bergement de prĂ©vu pour mon arrivĂ©e, un billet d’avion rĂ©servĂ© un mois Ă  l’avance … Ça sonne creux, ça sonne mauvais, mais pourtant le voyage a Ă©tĂ© tellement enrichissant. J’Ă©tais excitĂ©e et anxieuse Ă  la fois, avec un voyage en Australie qui s’intercalait juste avant le grand dĂ©part … En y repensant, c’Ă©tait tellement fou.

Concernant l’organisation, je ne suis donc pas le meilleur exemple, mais je peux vous donner des conseils tout de mĂȘme, vous conseillez sur les dĂ©marches administratives et vous donner mes astuces pour voyager plus sereinement.

Une prĂ©sentation de ce fameux pays s’impose … Le Canada est un pays situĂ© en AmĂ©rique du Nord, bordĂ© par l’OcĂ©an Atlantique, Arctique et Pacifique. Le Canada est constituĂ© de 10 provinces : le QuĂ©bec, l’Ontario, le Nouveau Brunswick, la Nouvelle Écosse, le Saskatchewan, l’Alberta, la Terre-Neuve-et-Labrador, la Colombie-Britannique, le Manitoba et l’Île-du-Prince-Edward ; ainsi que de 3 territoires fĂ©dĂ©raux : le Yukon, le Nunavut, et les Territoires du Nord-Ouest. La monnaie est le dollar canadien et le cours du change s’Ă©tablit souvent autour de 1 EUR = 1.51 $ CAN. Sa capitale est Ottawa, situĂ©e en Ontario.

Une rue de Montréal

Pour les visas, c’est une histoire plutĂŽt compliquĂ©e. Si vous ĂȘtes français de nationalitĂ© et que vous souhaitez faire du tourisme, vous ne devriez pas avoir trop de problĂšmes pour recevoir un visa de la part du gouvernement canadien. Seulement, ça reste l’AmĂ©rique, et le Canada reste un des pays les plus exigeant en matiĂšre d’immigration. On va donc commencer par parler documents officiels et paperasse en tout genre !

Si vous prĂ©voyez un passage au pays des caribous et du sirop d’Ă©rable et que vous n’avez pas besoin de visa pour entrer sur le territoire, il vous faudra cependant obtenir Ă  minima une Autorisation de Voyage Électronique (AVE). C’est tout simplement un document officiel rattachĂ© numĂ©riquement Ă  votre passeport, qui vous donne le droit d’entrer sur le territoire canadien. Le document coĂ»te 7 $, reste valide cinq ans, et vous autorise Ă  faire du tourisme exclusivement. Si vous changez de passeport entre temps, il vous faudra renouveler votre demande. Obtenir une AVE est trĂšs simple et rapide, je me souviens avoir reçu la mienne en quelques minutes, juste aprĂšs avoir prĂ©senter la demande en ligne.

Maintenant, parlons de choses un peu plus compliquĂ©e ! Il existe diffĂ©rents types de visas et de permis : permis d’Ă©tudes (obligatoire si vous prĂ©voyez d’y Ă©tudier pendant plus de 6 mois), permis de travail, visa de visiteur, etc. Il en existe des dizaines, et c’est trĂšs facile de se perdre dans la masse de donnĂ©es que l’on peut trouver sur le site du gouvernement canadien. Ce n’est pas pour rien que certains expatriĂ©s font appel Ă  des avocats pour faire les choses correctement … Je vous propose une brĂšve description de chacun des visas pour lesquels j’ai dĂ» au moins me renseigner sur les derniers mois.

Le permis d’Ă©tude est un document ET NON UN VISA qui permet aux Ă©tudiants Ă©trangers d’Ă©tudier dans un des Ă©tablissements d’enseignement dĂ©signĂ© (EED : vous pouvez retrouver la liste sur le site du gouvernement du Canada) pour une durĂ©e de plus de 6 mois. CouplĂ© Ă  une AVE, il vous donne le droit d’entrer sur le territoire, et donc, d’utiliser votre permis pour Ă©tudier. Le dĂ©lai de traitement pour une dĂ©livrance de permis d’Ă©tude est variable suivant le pays depuis lequel vous prĂ©sentez votre demande. De plus, il faut savoir que son coĂ»t avoisine les 150 $, et que bien souvent, vos donnĂ©es biomĂ©triques doivent ĂȘtre fournies. Il vous faudra Ă©galement obtenir un Certificat d’Acceptation du QuĂ©bec (CAQ) en plus du permis d’Ă©tude, si vous prĂ©voyez d’Ă©tudier au QuĂ©bec. Le CAQ est un document dĂ©livrĂ© par le QuĂ©bec, et vous donne simplement le droit d’Ă©tudier sur le sol quĂ©bĂ©cois. Son prix avoisine les 150$ Ă©galement. Si vous prĂ©voyez de partir faire des Ă©tudes moins de 6 mois, alors vous n’avez pas besoin de faire une demande de permis d’Ă©tudes, seulement une demande d’AVE. Pensez nĂ©anmoins que si vous pensez vouloir prolonger vos Ă©tudes au Canada, demander un permis d’Ă©tudes avant votre premier sĂ©jour peut grandement vous aider pour vos dĂ©marches … RĂ©aliser des dĂ©marches administratives comme la collecte de donnĂ©es biomĂ©triques sera bien plus compliquĂ© dans le cas Ă©chĂ©ant.

Le permis travail est encore un peu plus compliquĂ©. Il en existe deux types : le permis de travail ouvert, et le permis de travail liĂ©s Ă  un employeur donnĂ©. Je ne vais pas rentrer plus dans les dĂ©tails, mais ce document vous donne le droit de travailler sur le sol canadien. Son prix avoisine les 150 $ et une collecte des donnĂ©es biomĂ©triques est souvent nĂ©cessaire. Suivant votre situation, vous pouvez ĂȘtre exonĂ©rĂ© d’une demande de permis de travail : par exemple, d’aprĂšs le site du gouvernement du Canada, si vous ĂȘtes Ă©tudiant travaillant hors campus dĂ©tenant un permis d’Ă©tudes valide, alors vous pouvez travailler Ă  raison d’au maximum 20 heures par semaine.

Le visa de visiteur, aussi appelĂ© visa de rĂ©sident temporaire, est un document officiel apposĂ© dans votre passeport. Bien souvent, si vous souhaitez seulement visiter le pays, sans travailler, vous aurez seulement besoin d’une AVE, Ă©tant donnĂ© que vous avez souvent le droit de rester au maximum 6 mois sur le territoire. Si vous voyagez en direction du Canada par voie aĂ©rienne, alors les agents frontaliers devront vous apposer un timbre sur votre passeport, oĂč figurera la date jusqu’Ă  laquelle vous avez le droit de rester sur le territoire. En l’absence d’un tel timbre, vous pouvez assumer que vous avez le droit de rester 6 mois sur le territoire Ă  partir de votre date d’arrivĂ©e. Le visa de visiteur coĂ»te environ 100 $ et vous aurez besoin de collecter vos donnĂ©es biomĂ©triques pour soumettre votre demande.

Toutes ces histoires de documents officiels étant énormément compliquées et variables, suivant vos situations personnelles, le meilleur conseil que je puisse vous donner en terme de permis/visas est de vous rendre directement sur le site du Gouvernement du Canada.

Vue depuis le Cap-des-Rosiers, en Gaspésie

Concernant l’hĂ©bergement, ce que font la plupart des Ă©tudiants par exemple est de se trouver une colocation. Suivant la ville oĂč vous souhaitez vous Ă©tablir, les offres peuvent ĂȘtre nombreuses. Un bon nombre de sites propose des petites annonces pour trouver un logement ou une chambre Ă  louer comme Kijiji, Craiglist, Kangalou ou encore Quoloc. Si l’idĂ©e de vivre en colocation ne vous tente pas et que vous ĂȘtes Ă©tudiants, vous pouvez toujours vous tourner vers des locations de studios dĂ©jĂ  meublĂ©s dans des rĂ©sidences spĂ©cialisĂ©es, Ă  MontrĂ©al, comme Campus1MTL, Evo, Parc CitĂ©, ou encore les rĂ©sidences Edison. Bien souvent, ces locations reviennent chĂšres au mois, mais sont rĂ©putĂ©es pour ĂȘtre bien entretenues, et souvent, elles bĂ©nĂ©ficient de structures exceptionnelles comme des salles de sport, parfois des piscines, etc. Si vous optez pour un sĂ©jour plus court, vous pouvez toujours vous tourner vers des sites comme Airbnb, Wimdu, ou Holidu.

Avant d’arriver sur le sol montrĂ©alais, j’avais prĂ©vu de passer quelques nuits Ă  l’auberge de jeunesse M MontrĂ©al, le temps de me trouver une colocation. N’arrivant pas Ă  en trouver, j’ai dĂ©cidĂ© d’y rester pendant 2 mois. Ma premiĂšre expĂ©rience en auberge de jeunesse, et tellement enrichissante ! Des personnes du monde entier dĂ©cident d’y sĂ©journer, j’ai rencontrĂ© des Australiens, des TchĂšques, des Allemands, des Portugais, des Français, beaucoup de Français, des Irlandais, et encore des Français. Le staff est vivant, l’ambiance est bonne, tout le monde se parle, tout le monde se connaĂźt au bout de 3 jours … L’auberge dispose d’un bar qui accueille souvent des groupes musicaux locaux pour des soirĂ©es, des one-man-show ou encore des soirĂ©es organisĂ©es par des associations Ă©tudiantes. L’auberge dispose Ă©galement d’un petit cafĂ© oĂč vous pouvez prendre des collations et des boissons chaudes. Des hamacs suspendus sont prĂȘts Ă  vous recevoir pour chiller devant Netflix, parfait pour une soirĂ©e au calme avec des amis. Bref, j’ai adorĂ© l’ambiance !

En ce qui concerne les forfaits de tĂ©lĂ©phone, plusieurs compagnies se tirent la bourre Ă  la sortie de l’aĂ©roport. Mais avant de parler des compagnies, vous devrez surtout vous assurer que votre tĂ©lĂ©phone français est un tri-bande, c’est-Ă -dire qu’il est capable de se connecter aux rĂ©seaux amĂ©ricains. (Je vous renvoie sur ce site pour plus d’informations au sujet des tĂ©lĂ©phones.) S’il ne l’est pas, il faudra soit le faire dĂ©bloquer, soit vous procurer un nouveau tĂ©lĂ©phone sur le sol Canadien. Maintenant, on peut parler des diffĂ©rentes compagnies ! Je ne vais pas vous mentir, les prix des forfaits tĂ©lĂ©phones canadiens sont jusqu’Ă  8 fois plus chers que les français. Si vous voulez ne serait-ce que 2 Giga d’Internet, la note peut facilement s’Ă©lever Ă  plus de 50$ par mois, taxes comprises. Eh oui. J’avais optĂ© pour la compagnie Lucky Mobile, qui m’a offert un service de qualitĂ© pendant mon sĂ©jour. Le rĂ©approvisionnement de ma carte SIM se faisait directement via leur site internet ou par appel avec un robot au bout du fil. Si vous souhaitez faire affaire avec eux pour un prix plus raisonnable, vous pouvez opter pour leur forfait le plus basique Ă  15$ par mois, taxes non incluses, qui comprends des appels et SMS illimitĂ©s sur tout le territoire canadien. Il existe d’autres compagnies Ă©videmment comme Rogers, ou encore Fido. Peu de compagnies dĂ©tiennent le monopole en terme de couverture rĂ©seaux au Canada.

Vue depuis le Mont-Royal sur Montréal enneigée

Le Canada est un pays immense, dont sa superficie le classe au rang de 2e pays le plus vaste du monde, juste derriĂšre la Russie. Avoir 6 mois devant soi, ça offre pas mal de temps pour dĂ©couvrir un pays, mais ça ne sera jamais assez pour ne visiter ne serait-ce que le QuĂ©bec dans son intĂ©gralitĂ©. Saviez-vous que la superficie du QuĂ©bec Ă©quivaut Ă  presque 3 fois celle de la France ? Ça vous donne un ordre d’idĂ©e quant Ă  l’Ă©tendue de cette province, la plus vaste du Canada. Dans la suite de l’article, des idĂ©es d’activitĂ©s et de villes Ă  visiter sont rĂ©pertoriĂ©es.

DĂ©couvrir la ville de MontrĂ©al : il y a dĂ©jĂ  tant Ă  faire dans cette ville. Avec ses 4 lignes de mĂ©tro et ses larges lignes de transports en autobus, la SociĂ©tĂ© de Transport MontrĂ©alaise (STM) saura vous faire naviguer d’un quartier Ă  l’autre de MontrĂ©al. Hochelaga, Outremont, CĂŽte-des-Neiges ou encore le Vieux-MontrĂ©al n’auront plus de secrets pour vous. La ville de MontrĂ©al dĂ©tient de nombreux musĂ©es trĂšs intĂ©ressants sur les arts comme le MusĂ©e d’Art Contemporain ou le MusĂ©e des Beaux-Arts de MontrĂ©al, sur l’histoire du Canada comme le MusĂ©e d’Histoire Sociale de MontrĂ©al McCord. Faire une balade au Vieux-Port est Ă©galement une excellente idĂ©e si vous souhaitez vous balader sur les rives du port et profiter du calme et d’un aprĂšs-midi pour prendre une marche. MontrĂ©al regorge Ă©galement de bonnes adresses pour boire un cafĂ© comme le CafĂ© Myriade. (Je ne vous donne pas plus de bonnes adresses pour le moment, un nouveau city guide est en prĂ©paration … 🍁)

Partir Ă  la dĂ©couverte de QuĂ©bec : la ville de QuĂ©bec regorge de merveilles Ă©galement. BordĂ©e par les plaines d’Abraham, surplombĂ©e par le ChĂąteau Frontenac, animĂ©e dans le Vieux-QuĂ©bec … Cette ville est absolument charmante.

Visiter Sherbrooke : beaucoup d’Ă©tudiants dĂ©cident d’y sĂ©journer pour leurs Ă©tudes. C’est une petite ville agrĂ©able pour y faire un bref passage.

Partir Ă  la dĂ©couverte de la GaspĂ©sie : la GaspĂ©sie est une pĂ©ninsule situĂ©e au centre-est du QuĂ©bec. C’est une rĂ©gion magnifique qui regorge de merveilles. On y trouve notamment le Parc national des Forillon, le fameux rocher PercĂ©, ou encore de nombreux phares comme le phare de la Martre.

Faire un tour aux Chutes du Niagara : inĂ©vitable passage pour tous les Français qui se rendent au QuĂ©bec ! C’est un peu le checkpoint, le passage Ă  valider lors de son sĂ©jour au QuĂ©bec, j’ai l’impression. De nombreuses activitĂ©s sont proposĂ©es sur ce site, comme des descentes en tyrolienne ou des tours en hĂ©licoptĂšre. Sur votre route pour les chutes, vous rencontrerez sĂ»rement la ville de Toronto par laquelle je vous conseille de passer si vous aimez les grandes villes surplombĂ©es de gratte-ciels.

Visiter la capitale Canadienne, Ottawa : un des passages obligatoires pour en apprendre plus sur le Canada. La ville d’Ottawa regorge de merveilles : la colline du Parlement, la flamme du centenaire, le Canal Rideau, sur lequel vous pouvez patiner gratuitement en hiver, et goĂ»ter Ă  une spĂ©cialitĂ© locale par excellence : la queue de castor ! Rien d’autre qu’une pĂątisserie sucrĂ©e … !

D’autres idĂ©es d’activitĂ©s suivront, mais j’en rĂ©serve encore pour ma catĂ©gorie des City Guide, vous pouvez retrouver mon premier de cette sĂ©rie sur la ville de Marseille en cliquant juste ici.

On se retrouve sur Pinterest ?

Et enfin, une derniĂšre chose. PrĂ©parez-vous Ă  une Ă©ventuelle overdose de sirop d’Ă©table, c’est leur marque de fabrique, leur signature, leur fiertĂ© 🍁

Et vous ? Avez-vous dĂ©jĂ  mis un pied au pays du sirop d’Ă©rable ? 🍁

Sarah ♡

39 commentaires sur “How to travel #2 : partir au Canada đŸ‡šđŸ‡Š

  1. Etudiante il faut profiter de ces opportunitĂ©s pour voyager, faire des stages trouver un job pour dĂ©couvrir un pays, mon cousin est parti en stage en Asie, en CorĂ©e du Sud, il est trĂšs douĂ© pour les langues, et finalement il travaille lĂ -bas pour une entreprise francaise et s’est mariĂ© Ă  une corĂ©enne.. sinon je ne suis pas attirĂ©e par le Canada je dĂ©teste le froid, mais j’irais bien pendant l’Ă©tĂ© indien bisous

    Aimé par 1 personne

  2. Coucou tu as vĂ©cu une super aventure et c’est gĂ©nial de l’avoir fait. J’ai toujours regrettĂ© de ne pas ĂȘtre partie du temps de mes Ă©tudes. J’ai pu rĂ©cemment partir avec ma famille en Jordanie (juste avant le confinement), bon ok c’est un voyage organisĂ© par un road trip mais quel bonheur de dĂ©couvrir d’autres cultures et de faire dĂ©couvrir cela Ă  mes filles. Je rĂȘve de repartir…J’ai dĂ©jĂ  dĂ©couvert le sri lanka et l’Egypte, il y a tellement de belles choses dans le monde qu’il ne faut pas hĂ©siter si on le peut…Bonne journĂ©e…

    Aimé par 1 personne

    1. Hello ! Wow, tu as eu l’occasion de voyager dans pas mal de pays, ces pays ont l’air magnifiques. Il faut profiter dĂšs qu’on a l’occasion comme tu dis, on ne regrette jamais un voyage … Passe une belle journĂ©e 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. C’est super cette opportunitĂ© que tu as eue ! Ce sont de belles expĂ©riences et de beaux souvenirs ! S’il y a bien un pays que j’aimerais dĂ©couvrir, c’est le Canada !!! Un jour peut-ĂȘtre… Merci pour cette dĂ©couverte en tout cas !

    Aimé par 1 personne

  4. Je trouve ça trĂšs enrichissant de vivre dans un autre pays, ça permet de dĂ©couvrir une nouvelle culture, de s’ouvrir au monde…
    Je ne suis jamais allĂ©e encore au Canada, mais c’est un pays que je souhaite absolument dĂ©couvrir ! Tes photos sont magnifiques, ça donne envie d’y aller.

    Aimé par 1 personne

  5. Le Canada reste toujours une des mes destinations coup de coeur : j’aimerais tellement y vivre ! J’ai habitĂ© presque trois ans Ă  Rochester, dans l’Ă©tat de NY, sur le lac Ontario. De l’autre cotĂ©, le Canada…. J’ai fait tellement d’allĂ©es-retours que les agents Ă  la frontiĂšre me reconnaissaient presque…
    Merci beaucoup pour cet article…et les tonnes de souvenirs qui me sont revenus Ă  l’esprit !

    Aimé par 1 personne

    1. Wow quelle expĂ©rience de vie que de vivre autant d’annĂ©es Ă  l’Ă©tranger … ! C’est inspirant ! Merci Ă  toi d’avoir partagĂ© un peu de ton passĂ©, je suis admirative ! Passe une belle soirĂ©e đŸ„°

      Aimé par 1 personne

    1. Haha super, tu as ramenĂ© le Canada dans ta cuisine ! La Poutine est un plat ultra riche, je ne sais pas comment ils font pour manger ça hahaha. Par contre, le fromage en grain, c’est tellement bon ! Passe une belle journĂ©e 😘

      Aimé par 1 personne

  6. J’ai vraiment adorĂ© le Canada ! De mon cĂŽtĂ© j’ai fait un Ă©change Ă  Toronto durant 8 mois. Bon ça remonte Ă  2014-2015 mais je m’en souviens comme si c’Ă©tait hier ! MontrĂ©al, Ottawa, QuĂ©bec…toutes des villes que j’ai bien apprĂ©ciĂ©es…merci de me replonger dans mes souvenirs ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  7. Coucou.
    Souvenir gravĂ© Ă  jamais de la dĂ©couverte que tu m’as faite faire de la ville de MontrĂ©al et de Sherbrooke. đŸ„°
    J’espĂšre que nous pourrons y retourner et dĂ©couvrir d’autres pĂ©pites Canadiennes ensemble.
    Bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou, hihi oui on s’en souviendra de cette visite, surtout Ă  Sherbrooke avec les icebergs Ă  la dĂ©rive, il faisait tellement froid ce jour lĂ  đŸ„¶ J’espĂšre aussi, j’aimerai dĂ©couvrir le centre et l’ouest du pays đŸ„ł Bisous !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s